Léa Rainier,
madame Zéro Déchet

C’est piquée par la curiosité qu’un jour Léa Rainier colle sa tête contre la vitre de l’Oasis Coworking encore en construction. Loin d’imaginer qu’elle allait découvrir le plus bel endroit du monde pour travailler, elle fait la rencontre de Mathieu et Quentin, fondateurs du lieu. Séduite par le concept, Léa y voit un potentiel pour développer son activité et faire fructifier « My Little Change » son entreprise dédiée au zéro déchet. Celle qui fait partie des pionnières de l’aventure de l’Oasis Coworking, a depuis fait un joli bout de chemin ! On vous raconte la « success-story » de cette jeune maman entrepreneure pour qui l’adage « rien ne se perd, tout se transforme » prend tout son sens !

L’Oasis Coworking, un lieu où My Little Change se ressource !

Pour Léa, l’Oasis a ce côté un peu magique où l’on fait de belles rencontres parfois attendues, parfois impromptues mais toujours enrichissantes !

« J’ai découvert des personnalités qui ont été source d’inspiration pour moi. Parfois on croise la route de personnes qui ne sont pas dans le même milieu d’activité mais qui nous ouvrent vers de nouveaux horizons. Je n’aurai pas pu monter certains partenariats sans ces rencontres fructueuses à l’Oasis ».

Il suffit d’écouter Léa pour comprendre que l’humain est au cœur de ses convictions, c’est aussi pour ça qu’elle a trouvé son bonheur à l’Oasis :

« Pour moi c’est un réseautage sain, où la relation humaine et l’authenticité prime. Personnellement, Je ne vois pas l’intérêt de faire du réseau pour faire du réseau mais je crois à la puissance de l’échange et au travail en bon intelligence. »

Pour elle, ce sont les atomes crochus qui permettent aux petits projets de devenir grands ! Si elle se sent à l’Oasis comme à la maison ce n’est pas seulement parce qu’elle habite à deux pas, c’est aussi parce que la philosophie du lieu colle avec son art de vivre :

« Quand j’ai rencontré l’équipe elle était déjà engagée au niveau environnemental, et aujourd’hui je les accompagne dans une démarche qui tend vers le zéro déchet. Forcément pour moi c’est fondamental de mettre en place mes workshops sur un site comme l’Oasis qui partage mes convictions et qui joue le jeu ».

Les workshops à l’Oasis Coworking, c’est quoi ?

Il y a trois ans, cette jeune maman a accueilli l’arrivée de sa fille comme un signe de diriger son activité, déjà ancrée sur le développement durable, vers la notion de « zéro déchet » ; elle donne naissance à son entreprise « My Little Change ». Aujourd’hui, elle anime des conférences et organise des workshops tant pour le grand public que les professionnels. Deux modules ont d’ailleurs été créés et inaugurés à l’Oasis Coworking : le premier traite de la mise en place d’un espace de travail écologique et le second d’une utilisation numérique plus responsable.

Fidèle à son lieu de prédilection, c’est à l’Oasis que « My little Change » a soufflé sa troisième bougie. Inutile de vous faire deviner le thème de sa fête d’anniversaire ! Une semaine consacrée au « zéro déchet » a été organisée où ateliers, afterwork et petit déjeuner sont venus ponctuer l’évènement.

« Je voulais marquer le coup des trois ans d’existence de mon entreprise, d’autant que cette année il n’y a pas de festival zéro déchet à Bordeaux (il a lieu tous les deux ans) alors c’est ma façon de prendre le relais et de continuer à impulser le développement de la rive droite sur laquelle il y a un potentiel énorme. L’afterwork est un vrai temps fort de la semaine car il permet aux entrepreneurs acteurs du zéro déchet de rencontrer d’autres personnes ayant les mêmes ambitions environnementales. Ça va permettre de fédérer des acteurs déjà existants, nous sommes un microcosme et l’Oasis est vraiment le point de chute parfait pour provoquer les rencontres, pour créer l’échange et de faire émerger de nouveaux projets palpitants ! ».

Qui dit zéro déchet dit zéro vie normale ?

On vous rassure même si ses cosmétiques sont bio et que les détergents qu’elle utilise pour entretenir sa maison ne sont faits qu’à base de produits naturels, Léa a la vie de madame Toutlemonde ! Elle nous explique d’ailleurs que ses interventions sont en adéquation avec les mouvances sociales. Et tenez-vous bien : même si vous êtes une entreprise, se diriger vers le zéro déchet c’est possible, et même facile !

« Aujourd’hui il y a pleins de petites actions simples à mettre en place au bureau comme l’utilisation de gourdes pour limiter le plastique. À la pause repas on peut privilégier les couverts en bambou et les bento box et quand la petite fringale se fait sentir, un café en vrac est autant apprécié qu’une capsule en plastique ».

Léa explique les choses simplement et il n’en faut pas plus pour comprendre que chacun peut agir à son niveau sans pour autant changer sa manière de vivre. Il en est de même pour le numérique :

« 75 % du poids numérique est inhérent au matériel ; aujourd’hui il existe des techniques pour maximiser la durée de vie d’un appareil ».

Dans notre monde ultra connecté, Léa a bien conscience qu’on ne peut aller contre les usages de notre temps et que limiter les effets du numérique ne rime pas avec déconnexion !

« Je ne suis pas donneuse de leçons, je travaille avec des gens qui ont envie de changer mais je sais aussi m’adapter à leurs limites. »

Cette direction vers le zéro déchet, Léa le doit à sa fille et à la nouvelle génération qui l’accompagne.

« Lors de ma maternité j’ai compris que les générations futures représentent l’avenir. Aujourd’hui, on parle des grands enjeux à l’échelle de l’humanité et j’aime à croire que pour la sauver il faut insuffler une nouvelle approche du monde à nos enfants. »

Pour Léa il faut d’abord se rééduquer avec des bonnes pratiques de vie pour tracer un chemin cohérent et sain pour nos enfants, qui feront de même avec leurs enfants… Loin d’avoir un discours alarmiste, Léa a confiance en l’avenir :

« Il y a six ans, on commençait tout juste à parler d’économie collaborative et des circuits courts, aujourd’hui le zéro déchet fait son apparition. C’est la suite logique de cette première mouvance et je suis assez confiante pour qu’elle entre à son tour dans les mœurs ».

On peut espérer que si chacun opère des «Little Change » le monde tournera un peu plus rond !

Propos recueillis et photos par Mag

œuvres exposées ©Nicolas Wittebroot

EN QUELQUES MOTS

L’Oasis en un mot ?
Humain !

Ton meilleur moment ici ?
Le premier afterwork organisé après l’ouverture et avant l’inauguration officielle.

La différence avec les autres lieux ?
Les valeurs humaines, l’ouverture d’esprit et le dynamisme, l’authenticité des rapports et l’engagement écologique.

Si tu avais une baguette magique ?
J’effacerai le pessimisme la résignation et le scepticisme du monde pour laisser place au changement positif.

Ta philosophie ?
Les petits changements d’aujourd’hui font les grands bouleversements de demain !

Le mot de la fin ?
Merci à l’Oasis d’exister car j’y fais toujours de très belles rencontres dont la tienne !